PONTICELLO

2003 - 2006

Orchestre mobile pour espaces insolites

25 archets violons, altos, violoncelles et contrebasses

Immergeant le public dans un bain de vibrations, cet orchestre à cordes atypique est composé d’amateurs de musique et de solistes en émergence. Formé exclusivement de cordes, cet ensemble utilise également un instrumentarium de recyclage sonore joué à lʼarchet ou à la baguette (contrebassines, cithare à tapisser, conserves musicales, étendage sonore à oscillation humaine…).
Un dispositif d’amplification autonome et mobile accompagne les solistes et met en nuances l’infiniment petit.
Espace, volumes et directions sonores offrent à la musique sa troisième dimension, modifiant ainsi le rapport à l’auditeur.
Loin de la représentation « sur un plateau », il s’agit d’un jeu sur la proximité, presque l’intimité. L’orchestre encercle, frôle, traverse, invite à « prêter l’oreille ».

Balades en ballades, imbrications polyrythmiques, riffs de cordes et tourneries obsédantes … un ensemble à cordes en forme de palette vibratoire qui n’oublie pas de très sérieusement ne pas se prendre au sérieux.

Direction artistique, composition, mise en espace : Nadine Esteve

Dispositif de sonorisation ZicoMobile : Patrick Lobry

Conception et fabrication objets sonores : Nadine Esteve

Chefs de pupitres et solistes (en alternance) :
Pascal Delalée / Michèle Véronique, violon
Sophie Reichard / Emmanuel Cremer, violoncelle
Nadine Amrani, contrebasse
Patrick Lobry, ZicoMobile et percussions

Un spectacle produit par Allegro Barbaro

Ponticello, de l’italien « petit pont »- chevalet de violon. Mode de jeu à l’archet, très proche du chevalet, développant un son »acide » très riche en harmoniques, presque électrique.

Ponticello, orchestre mobile pour espaces insolites

Ponticello, de l’italien « petit pont »- chevalet de violon. Mode de jeu à l’archet, très proche du chevalet, développant un son »acide » très riche en harmoniques, presque électrique.

Ponticello a joué dans des hangars, des cours de mairie, une cour dʼécole dʼart, un jardin à la française, un parvis dʼopéra, une salle des fêtes, une salle dʼexposition, deux confréries, un parvis de mairie, un chapiteau, des places de village en pierre, des places de village en terre, une grotte, des porches, des terrasses...

ATTENTION SOL GLISSANT !

Pour orchestre à cordes giratoire et sirènes de la sécurité civile

Tocsin contemporain, la sirène d’alerte du mercredi est pourtant intégrée au calendrier urbain. Presque rassurante, confirmation d’un temps de paix, la voilà presque redevenue un mythe. Est-ce bien raisonnable ?
Nous savons tous que les sirènes tentatrices vivent au bord de la mer. Leur chant est la mélodie de l’au-delà, irrésistible mais fatal. Elles charment tous les mortels qui s’en approchent, leur nom devient un lieu commun lié à l’envoûtement.
Harmonisant le chant de la sirène du Vieux Port, cordes, bois et crins invitent à prendre le large entre glissements, sifflements et mélodies envoûtantes. Immergeant le public dans un bain de vibrations, cet orchestre à cordes atypique est composé d’amateurs de musique et de solistes en émergences.
Du vent dans les cordes pour une éclipse de sirènes.

LA MARCHE À SUIVRE

Concert acoustique pour lieux publics improbables et oreilles complices

25 voix, 25 archets et 2 chefs d’orchestre

Direction artistique et musicale : Brigitte Cirla, Nadine Esteve

Chefs de pupitres et solistes : Vincent Audat, voix | Michèle Véronique, violon | Sophie Reichard, violoncelle | Nadine Amarani, contrebasse

Dispositif Sonore « ZicoMobile  » et percussions : Patrick Lobry

L’orchestre à cordes : PONTICELLO, 25 archets : violons, altos, violoncelles, contrebasse (Cie Allegro Barbaro

Le choeur : LES INDÉCHIFFRABLES, 25 gosiers (Cie Voix Polyphoniques)

Une coproduction Voix Polyphoniques, Allegro Barbaro et Festivoce

EN SAVOIR PLUS

50 musiciens, cordes frottées et vocalisées, emmenés par 2 chefs hybrides investissent les places, escaliers et balcons. Les cordes et gosiers se croisent, dialoguent, fusionnent dans une succession de tableaux sonores, fanfares brinquebalantes et traversées espiègles. Un bain sonore plein d’humour et de convivialité.

Crédits photo/visuels

Pierre Ciot, Vincent Lucas, Laure Mélone | Visuels : Claire Pujol